Champion d’Europe depuis trois jours, les Marseillais sortent à peine de la fête qui agite la ville. Toujours sur un nuage, ils accueillent le Paris Saint Germain pour le compte de la 37ème journée de première division.

Match crucial pour le titre de champion.

Les joueurs Olympiens veulent clôturer cette exceptionnelle saison en remportant le titre de champion devant leur public et surtout en battant le rival, le PSG.

Comme à l’aller, le match fut extrêmement tendu avec beaucoup de pressions côté Marseillais. Le 5ème titre de l’histoire Marseillaise tendait les bras aux joueurs. Avant de pouvoir refaire la fête une deuxième fois en moins d’une semaine, il fallait battre cette ennemi Parisien.

 

 Dans ce match sous haute tension, les champions d’Europe débutent mal la rencontre. Sur un erreur d’Eydelie en tout début de match les parisiens ouvrent le score. Ce but prit bêtement eut le don de réveiller définitivement les joueurs Marseillais qui mettront pas plus de 10 minutes avant de revenir à égalité par l’intermédiaire de l’insaisissable Allemand Rudy Völler.

Et puis intervient la fameuse 36 ème minute du match… 

Une-deux jongleur entre Durand et Pelé. Le ballon pour Boli qui lance Pelé sur l’aile gauche et qui centre. Boli, qui n’avait qu’une seule envie : faire mal à Ricardo, ce dernier venant de mettre un sale coup à Abedi Pelé. Il surgit aux 20 mètres et reprend.magnifiquement le ballon de la tête. Ce but resteras a tout jamais dans toutes les mémoires Marseillaise. 

Les Marseillais assurent la fin du match

Les Olympiens géreront la fin du match plutôt tranquillement. L’infériorité numérique des Parisiens aura rendu la tâche plus facile. Il se permettront même de creuser l’écart à 3-1 en fin de match grâce a Boksic.

Le match terminé, le peuple Marseillais exulte. Les joueurs Marseillais auront réussi à faire le doublé historique championnat d’Europe et champions de France. Un 5ème trophée de champion de France viendra garnir un peut plus la vitrine des trophées déjà bien rempli. Cette saison exceptionnelle restera pendant encore dans les annales du club phocéen.

PARTAGER