Les médias français n’ont jamais montré autant d’entrain à supporter un club de l’hexagone que depuis ces deux dernières semaines…

Une dictature de la pensée

Nulle autre phrase ne peut qualifier ce qu’il se passe depuis le match aller des huitièmes de finale de Ligue des Champions entre le Real Madrid et le Paris Saint-Germain… Une dictature qui s’est accélérée de manière fulgurante depuis hier soir, et le lancement d’une campagne de promotion très intense du club francilien. En effet, rares sont les médias généralisés ou spécialisés de France qui n’ont pas donné leur avis sur le choc à venir. Étonnamment, la plupart suivent la même ligne directrice: “Ensemble nous allons le faire”, un slogan martelé depuis plusieurs jours à la télévision et sur les réseaux sociaux, à coups de photos de profil et de bannières Twitter. Pour certains, cette propension à supporter le PSG est tout à fait normale. Pour d’autres, elle est obligatoire ! RMC et le quotidien L’Équipe se sont fait un plaisir d’exiger un soutien sans faille du pays à la cause du PSG… et de matraquer les quelques journaux qui affichaient leur soutien à son concurrent, le Real Madrid du plus grand Marseillais de tous les temps Zinédine Zidane. Replaçons les choses dans leur contexte.

Un média local n’est pas censé être impartial

Ce matin, le Phocéen faisait sa une sur ce PSG-Real Madrid. Affublé d’une photo du Ballon d’Or 1998, le titre est plutôt racoleur: “Marseille avec Zizou”. Contrairement aux médias nationaux, cités plus haut, qui revendiquent à longueur de temps leur impartialité, un média local ne se doit pas d’être impartial. Au contraire c’est tout l’inverse que les lecteurs attendent lorsqu’ils l’ouvrent. Surtout quand on sait que le club merengue est coaché par un marseillais pure souche…

Cette une a eu le don d’énerver au plus haut point les médias les plus influents du pays, qui n’ont pas hésité à répliquer que la France se DOIT d’être derrière tous les clubs français en Coupe d’Europe. À cela, s’ajoutent les community managers des différents clubs de France (l’ESTAC et Lyon notamment) qui affichent leur soutien envers le PSG. Tant mieux pour eux, cependant rien n’indique que le community manager de l’OM doive en faire de même. D’ailleurs, si jamais il prenait tel risque, nul doute qu’il ne survivrait pas une seule minute sans recevoir une flopée d’insultes de la part de ses aficionados…

Certains médias comme RMC ou L’Équipe ne cessent, depuis ce matin, de s’en prendre au Phocéen à cause de sa tribune en faveur du Real Madrid de Zidane… Messieurs les journalistes, éditorialistes et autres chroniqueurs: ne souffririez-vous pas d’un trouble dissociatif de la personnalité ? Ou alors auriez-vous peut-être tendance à nous prendre légèrement pour des ramollis du cervelet ? Alors que deux (voire trois) fois par an vous vous évertuez à tenter tant bien que mal de maintenir une certaine passion (pour ne pas dire animosité) lors du “Classique” de Ligue 1 (que vous avez grandement participé à créer ne l’oublions pas), à coups d’articles putassiers, de titres racoleurs et de questions pièges à peine voilées, vous voudriez nous faire croire, à NOUS, qu’il faudrait que dès aujourd’hui nous balayions d’un revers de main toute cette rivalité pour supporter l’ennemi juré ? Mais c’est que vous êtes très très marrants parfois ! Cette vision exacerbée est tant implantée dans un carcan franco-français que ça en devient grotesque, voire même hypocrite.

En parlant d’humour, c’est marrant aussi de s’apercevoir que jamais il n’y eut tel engouement national de la part des médias concernant un club français en Coupe d’Europe, même lorsque l’AS Monaco affrontait la Juventus de Turin en demi-finale la saison dernière. Oui, demi-finale. Étape que le Paris Saint-Germain n’a jamais atteint, malgré ce qu’on pourrait penser en voyant telle unité nationale pour le match de ce soir. Après tout, ça reste “seulement” un huitième de finale…

La France n’est pas un pays de football

La France est sûrement le seul pays au Monde qui pense que tous ses habitants doivent supporters chaque autre club français en Coupe d’Europe, et même le rival. Cette situation ferait exploser de rire les médias et footeux de tout autre pays, mais ici cela est considéré comme normal, voire même vu comme un devoir civique. Et pourtant…

Les supporters de Tottenham jubilaient après la défaite d’Arsenal en finale de la Ligue des Champions 2006 face au FC Barcelone…

Les fans de ce même Barça étaient plus que dépités de voir que le Real Madrid emportait trois Ligue des Champions en quatre ans…

Et que dire des ultras de la Juventus Turin qui avaient carrément envahis une partie du Santiago Bernabeu lors de la finale 2009/2010 qui voyait l’Inter de Mourinho affronter le Bayern Munich? Pour supporter le club bavarois évidemment…

En Amérique du Sud c’est encore pire, et cela vire souvent à des confrontations physiques débouchant sur des blessés graves voire des morts…

Sans aller jusque là bien sûr, il est clair que partout on considère que supporter un autre club du même pays, même si il est un club rival, est une aberration sans nom. Partout sauf en France, où le devoir civique stipule qu’il est mal vu de ne pas le faire. Pourquoi ? Tout simplement car la France n’est pas un pays de football. Nos exploits en Coupe d’Europe sont très (trop) rares, à tel point que la possibilité de voir un club français éliminer la plus grande équipe du Monde est comparée à l’exploit d’athlètes français aux Jeux Olympiques. On nous bassine souvent avec l’indice UEFA, le fameux, celui qui nous permet de qualifier nos clubs dans ces compétitions continentales. Vous pensez vraiment que le Paris Saint-Germain, si il se qualifie ce soir, pensera en premier lieu à l’indice UEFA de notre cher pays… Alors, qu’on soit bien clair: un club n’est pas un pays !

C’est le Paris Saint-Germain, pas la France Saint-Germain

Tout autant que ce n’est pas l’Olympique de France ou l’AS Saint-François… Quand on supporte un club, on supporte une ville et tout ce qu’y rapporte (histoire, coutumes, croyances, condition sociale, culture artistique…). On ne supporte pas un pays. Un club représente une ville et pas un pays. Si vous souhaitez supporter la France, allez le faire lors de la Coupe du Monde !

Pensez-vous sérieusement que, si le PSG se qualifie, les supporters de Troyes, Toulouse ou encore Dijon sauteront de joie ? Pour la plupart non. Alors pourquoi exiger cela des supporters du plus grand rival du PSG ?

Et je m’adresse à tous les CM français ayant apportés leur soutien au PSG: s’ils se qualifient, vous allez vivre cela comme une victoire ? Vous vous sentirez qualifiés vous aussi ? Si le PSG remporte la Ligue des Champions, vous vous sentirez champions d’Europe ? Et bien, au risque de vous décevoir, vous ne le serez pas plus que la veille ! Si le PSG remporte ce trophée tant convoité, seul le PSG sera champion d’Europe et personne d’autre ! D’ailleurs, ils ne se priveront pas d’en faire part aux Marseillais, eux qui brandissent la Ligue des Champions 1993 comme l’argument massue de tous les débats haineux auxquels nous assistons sur les réseaux sociaux.

Le foot n’est rien sans rivalité

Alors les supporters de l’OM ont-ils le droit de ne pas supporter le PSG ? Oui, je le pense. Et je pense même que personne ne devrait obliger qui que ce soit à supporter un concurrent ou un rival. Les supporters de l’OM se doivent-ils de supporter l’adversaire du PSG ? Non, chacun fait ce qu’il veut. Cependant, je pense que n’importe quel Marseillais, même si son club passe avant tout, ressentira un certain bien-être si le PSG est éliminé. C’est tout à fait normal, c’est ça le football ! Et d’ailleurs, voici un point ou à mon avis la plupart des supporters parisiens me rejoindront. Je doute fort qu’ils aient été les premiers à supporter l’OM jeudi face à l’Athletic Bilbao, quand bien même les Marseillais les auraient soutenus ce soir. Oui, le PSG et l’OM sont rivaux. Une rivalité créée au moins a moitié par ces mêmes médias qui aujourd’hui exigent que les deux clubs se supportent en Coupe d’Europe. Quelle ironie…

Et cette rivalité, c’est ce qui fait l’essence du football, le sel. Sans cette rivalité, le football n’a plus lieu d’être, il est tout simplement relégué au rang de morceau de viande froid et insipide sans grand intérêt. Alors au nom de cette rivalité, arrêtons les faux-semblants ! Les supporters de l’OM ne seront jamais derrière le Paris Saint-Germain en Coupe d’Europe. Certains Marseillais n’en auront juste rien à faire du tout (tel Bouna Sarr), d’autres (sûrement la plupart) seront très contents si le PSG ne se qualifie pas. C’est un fait avéré, acceptons-le comme nous acceptons que c’est le cas dans le sens inverse.

Pour finir sur une note de pur football, et en laissant les rivalités de côtés: ce soir nous espérons un grand match, beaucoup de spectacle, du beau jeu et surtout Hala Madrid !

PARTAGER