Retour sur les performances des cinq Olympiennes qui étaient en sélections nationales cette semaine. Cinq joueuses, neuf matchs, sept victoires et deux défaites, voilà un bilan comptable positif.

[Voir l’article de présentation de cette semaine internationale pour chaque Olympienne concernée]

Viviane ASSEYI

Sélection : France A
Matchs : amicaux
Lieux : Le Mans et Rennes (France)
Adversaires : Nigeria et Canada
Nombre de matchs joués : 2 sur 2 (1 fois titulaire, 1 fois remplaçante)
Nombre de minutes jouées : 92 (67 + 25) sur 180

L’attaquante de l’OM, bien installée depuis le début de saison dans le groupe de la nouvelle sélectionneuse Corinne Diacre, restait avec l’Équipe de France sur une performance individuelle très convaincante à la SheBelievesCup. La vérité du jour n’étant pas forcément celle de la veille… ni du lendemain, force est de constater que cette fois « Vivi » s’est montrée beaucoup moins à son avantage.
Titulaire contre le Nigeria au MMArena du Mans, Vivi n’y a pas vraiment brillé malgré la large victoire des Bleues (8-0). Elle délivra certes une belle passe décisive pour la tête de Gaétane Thiney juste avant la pause (45’, 3-0), et une avant-dernière sur le 4e but (Aminata Diallo, 60’), mais l’ensemble de sa performance fut très moyenne et même décevante. Trop d’imprécisions, de pertes de balles, et trop de fautes sur l’adversaire résultant en coup-francs. Elle laissa sa place à Delphine Cascarino à la 67e minute.

Vivi passera-t-elle contre son adversaire nigériane ?

Pour le match suivant au Roazhon parc de Rennes et contre un adversaire bien plus huppé, le Canada (4e au classement FIFA), ce fut la jeune Lyonnaise Cascarino qui commença le match, Vivi restant sur le banc. Elle fit son entrée sur la pelouse à la 65’ et joua donc 25 minutes, malheureusement dans la continuité du match précédent. En dehors d’un beau geste technique le long de la touche peu après son entrée, elle parut assez empruntée, hésitante et hors du rythme. Elle multiplia à nouveau les fautes et prit logiquement un carton jaune pour une mauvaise semelle sur une adversaire.

Lorsqu’à l’issue du match – remporté de belle manière par les Bleues (1-0) grâce à un penalty généreux et précoce, transformé dès la 9’ par Eugénie Le Sommer (Amandine Henry en ratera un deuxième à la 78’) -, Corinne Diacre tempéra un court instant sa grande satisfaction générale en déclarant « On a eu quelques joueuses individuelles qui étaient un peu en dessous de leur valeur aujourd’hui », les oreilles de Vivi ont dû siffler… ce qui n’empêcha pas l’Olympienne de sortir du terrain avec le grand sourire et la bonne humeur qu’on lui connaît, et c’est aussi pour cela qu’on l’apprécie.

Si Asseyi avait marqué beaucoup de points en sa faveur à la SheBelievesCup, elle en aura perdu quelques-uns lors de cette nouvelle semaine internationale. Pas de quoi cependant remettre sa présence au sein des Bleues en question. Pour l’instant. Car attention, l’arrivée – plutôt réussie, mais qui demande confirmation – de la très douée Cascarino, et le retour attendu la saison prochaine de Kaddidiatou Diani, peuvent compliquer la situation de l’Olympienne au poste d’ailière droite. Une solution pourrait exister : déplacer Vivi sur le côté gauche, en suppléante de l’incontournable Le Sommer. Car la – seule – solution actuelle, à savoir la Montpelliéraine Marie-Charlotte Léger, n’a été jusqu’ici que modérément convaincante… Rendez-vous fin août ou début septembre pour un début de réponse, puisque l’Équipe de France A ne jouera plus d’ici là…

——————————-

Maëlle LAKRAR

 

Sélection : France U19
Matchs : Tour Elite, qualificatif à la phase finale de l’Euro U19.
Lieu : Finlande
Adversaires : Azerbaïdjan, Finlande, Belgique
Nombre de matchs joués : 2 sur 3 (2 fois titulaire)
Nombre de minutes jouées : 180 (90 + 90) sur 270

Après sa première apparition en Équipe de France U20, Maëlle (17 ans) a été « redescendue » en U19 à la demande de la sélectionneuse Gaëlle Dumas, dans l’objectif avoué d’aider la sélection  à passer le Tour Elite et à se qualifier pour la phase finale de l’Euro qui se disputera du 18 au 30 juillet en Suisse. Mission accomplie pour la pépite olympienne !

Contre l’adversaire le plus facile de la poule, l’Azerbaïdjan, Maëlle resta en réserve  et assista du banc au large succès de ses coéquipières (6-0), au triplé de la Stéphanoise Amélie Delabre, et… au but de sa copine olympienne Mickaëlla Cardia (voir plus bas).
Le match qui s’annonçait décisif pour la suite arriva avec la Finlande, pays hôte vainqueur de la Belgique au premier match (2-0). Cette fois, Maëlle était bien titulaire en défense centrale. Rappelons qu’à l’OM, Christophe Parra fait jouer Maëlle sur un côté depuis déjà un assez long moment, puisque c’était déjà le cas la saison passée à maintes reprises. Avec ses qualités habituelles – calme, lecture du jeu, technique, relance -, Maëlle participa à la victoire des Bleuettes (2-0, buts de la Lyonnaise Jessy Roux et de Delabre). Il ne manquait plus qu’un point contre la Belgique, soit un match nul, pour assurer la qualification…
Maëlle resta naturellement titulaire au centre de la défense, et les Bleuettes remportèrent leur troisième succès en autant de matchs grâce à un but très rapide de Roux, inscrit dès la 2e minute de jeu.

Maëlle (2e debout à gauche) avant le match capital contre la Finlande.

L’Équipe de France U19 s’est donc qualifiée pour l’Euro qu’elle a déjà remporté à quatre reprises : 2003, 2010 – avec la future capitaine emblématique de l’OM Léa Rubio, mais aussi l’actuelle défenseure Kelly Gadéa, alors capitaine de la sélection -, 2013 et 2016, là encore avec une actuelle Olympienne, Hawa Cissoko. Mais si Mickaëlla Cardia devrait bien y participer, ce ne sera pas le cas pour Maëlle qui va maintenant rejoindre les U20, tel que cela a été confirmé par le sélectionneur Gilles Eyquem : « Depuis le début, on s’est mis d’accord avec Gaëlle Dumas, je lui ai proposé de lui laisser des joueuses à disposition pour les qualifications. Ce serait bien que l’on se qualifie pour la phase finale du Championnat d’Europe, mais c’est clair, c’est pour donner de l’expérience et du temps de jeu à des plus jeunes. Les cinq à six joueuses qui sont avec elles sont déjà identifiées et seront avec moi à la Coupe du Monde : Maëlle Lakrar, Carla Polito, Amélie Delabre, Lena Goetsch, Justine Lerond qui pourra être dans le coup aussi. Lina Boussaha qui a l’occasion aussi de se relancer avec les U19. J’aurai l’occasion de revoir les matchs du Tour Elite. On a travaillé en symbiose, et je souhaite qu’elles se qualifient. Mais derrière, il est clair que les filles concernées ne feront pas la phase finale de l’Euro U19. »
Place donc pour Maëlle à la préparation à cette Coupe du Monde de la catégorie U20 très attendue et très ouverte (du 5 au 24 août en Bretagne), et où la France figurera parmi les favorites avec les USA, l’Allemagne, la Corée du Nord (tenante du titre), le Japon ou le Nigeria, avec un prochain rendez-vous « local » à Salon-de-Provence pour l’Olympienne native d’Orange. Au menu : la première édition de la Sud Ladies Cup face à Haïti (5 juin), l’Allemagne (le 7) et les USA (le 10). Et en attendant… la lutte pour le maintien avec l’OM !

—————————–

Mickaëlla CARDIA

Sélection : France U19
Matchs : Tour Élite qualificatif à la phase finale de l’Euro U19.
Lieu : Finlande
Adversaires : Azerbaïdjan, Finlande, Belgique
Nombre de matchs joués : 2 sur 3 (2 fois titulaire)
Nombre de minutes jouées : 160 (90 + 70) sur 270
1 but marqué.

La petite ailière olympienne devrait donc jouer son deuxième championnat d’Europe, le premier en U19, après celui de l’an passé en U17 (élimination en poule).
Titulaire pour le premier match contre l’Azerbaïdjan, Mickaëlla joua l’intégralité de la rencontre. Une performance concluante, marquée tout d’abord d’une passe décisive sous forme de une-deux avec la Parisienne Lina Boussaha (67’, 4-0), puis en inscrivant elle-même le 6e et dernier but de la partie dans le temps additionnel, d’une frappe des 6 mètres au premier poteau, suite à un corner (90+2’). Son 2e but en 3 matchs avec la sélection.

 [Les buts de la rencontre]

Sur le banc – sans en sortir –  pour le match crucial contre la Finlande, Mickaëlla revint sur la pelouse, et à nouveau titulaire, pour celui de la qualification contre la Belgique. Elle joua un peu plus d’une heure (70 minutes) et se fit remarquer juste avant de sortir par une belle frappe qui heurta le montant du but belge.
Mickaëlla peut se préparer à goûter aux délices du chocolat suisse toute la deuxième quinzaine de juillet (enfin, pas trop quand même…), et si d’ici là elle pouvait mettre quelques buts avec l’OM sur les quatre matchs restants de D1, et ainsi aider au maintien de l’équipe dans l’élite, le bonheur de la jeune Marseillaise serait complet… et le nôtre avec !

Mickaëlla, accroupi à gauche, avant son match contre l’Azrbaïdjan.

———————————

Fanndis FRIDRIKSDÓTTIR

Sélection : équipe nationale d’Islande
Matchs : qualificatifs à la Coupe du Monde 2019
Lieu : Lendava (Slovénie), Tórshavn (Îles Féroé)
Adversaires : Slovénie, Îles Féroé
Nombre de matchs joués : 2 sur 2 (2 fois titulaire)
Nombre de minutes jouées : 180 (2 x 90) sur 180
1 but marqué.

L’Islandaise de l’OM poursuit avec ses coéquipières la quête d’une première qualification historique pour une phase finale de Coupe du Monde, fortes de l’exploit du 20 octobre dernier qui les avaient vues battre l’Allemagne chez elle (3-2), infligeant aux doubles championnes du monde (2003 et 2007) la première défaite de leur histoire en éliminatoires d’un Mondial. Mais ayant lâché deux points en République Tchèque (1-1) quatre jours plus tard, l’Islande n’a aujourd’hui plus le droit à l’erreur si elle veut terminer en tête de sa poule ou, au pire, figurer parmi les 4 meilleurs deuxièmes appelés à disputer les barrages. En attendant d’accueillir l’Allemagne pour la revanche le 1er septembre prochain, Fanndis et toutes les « sdottir » se doivent de faire le plein de points. Il était donc crucial d’en ramener six des deux déplacements effectués cette semaine. Chose faite !

L’Olympienne aux – désormais – 94 sélections fut titularisée aux deux rencontres qu’elle joua dans leur intégralité.
En Slovénie, elle participa activement à une première victoire (2-0), acquise dès avant la pause grâce à deux buts de Jönsdottir (18’) et Hönnusdottir (37’).
La deuxième rencontre aux Îles Féroé s’avéra plus facile encore, avec au final un cinglant 5-0. Après que Jönsdottir eut à nouveau ouvert le score (37’), ce ne fut qu’en deuxième période que les Islandaises prirent le large, ajoutant quatre autres buts dans leur escarcelle, par Hönnusdottir (48’), Thorsteinsdottir (58’), Albertsdottir (89’) et…. Fanndis Fridriksdottir elle-même dans le temps additionnel (90+4’). On remarquera en passant que les Olympiennes aiment bien marquer dans cette période de jeu, puisque Cardia avait également marqué son but avec les U19 dans les toutes dernières secondes… Il s’agit pour Fanndis de son 3e but en 4 matchs de qualification joués.

La situation actuelle de sa sélection est la suivante :

Trois matchs restent à disputer pour Fanndis et les Islandaises :
11/06 : Islande Slovénie
01/09 : Islande-Allemagne
04/09 : Islande-République tchèque

Les Allemandes – qui ont battu cette semaine la République tchèque et la Slovénie (4-0 à chaque fois) – ont un match de moins à disputer. Après le rendez-vous à Reykjavik, il ne leur restera plus que la formalité d’un voyage aux Féroé, le 4/09.

Pour l’instant, ça roule pour Fanndis (#23) et les Islandaises !

———————————–

Cristina FERRAL

Sélection : équipe nationale du Mexique
Matchs : amicaux
Lieu : Jacksonville et Houston (USA)
Adversaire :  États-Unis
Nombre de matchs joués : 2 sur 2 (2 fois titulaire)
Nombre de minutes jouées : 125 (46 + 79) sur 180

Cette fois, on peut sans grand doute affirmer que Cristina Ferral fait partie de l’ossature de la sélection mexicaine. Depuis ses débuts l’été dernier, elle a aligné ses 10 premières sélections, à chaque fois titulaire. Ce fut encore le cas lors de ces deux rencontres de prestige sur le terrain des championnes du monde en titre et numéro 1 FIFA, les États-Unis, devant 15000 spectateurs à chaque rencontre.

Si le Mexique résista aux États-Unis toute une mi-temps lors du premier match (0-1 seulement au repos), c’est en partie car Cristina sut tenir son poste comme il le fallait en milieu de terrain face à Rapinoe, Horan ou Brian. Elle laissa sa place à la pause, et coïncidence ou pas, les États-Unis prirent le large, inscrivant trois buts en trois minutes dès la reprise, entre la 51’ et la 54’, avec un doublé d’Alex Morgan (le 2e but sur penalty), puis Carli Lloyd. Le Mexique parvint à sauver l’honneur dix minutes plus tard et de manière subtile par Katie Johnson (64’).

Cristina (#7) à la poursuite de cette diablesse de Rapinoue…

Trois jours plus tard, à Houston, le Mexique et Cristina Ferral firent un peu mieux que de résister… durant une bonne demi-heure, dans un match un peu fou. Alors que la jeune pépite US Mallory Pugh avait ouvert le score dès la 3e minute, le Mexique réussissait l’exploit d’égaliser tout d’abord par sa star Mónica Ocampo (17’), avant de prendre l’avantage quelques minutes plus tard grâce à Kiana Palacios (24’) ! Mais le temps de dire ouf !, les États-Unis égalisèrent sur la remise en jeu par l’ancienne joueuse du PSG Lindsey Horan (25’). La machine US se mit alors en marche, et Lloyd redonna l’avantage à sa sélection (34’), inscrivant du même coup son 100e but sous la tunique US, avant que Morgan ne fasse le break juste avant le repos (44’)… En deuxième période, Megan Rapinoe creusa l’écart (64’), puis Morgan, encore et toujours elle, clôtura la marque moins de cinq minutes plus tard (68’).

[Résumé du match en vidéo – Cristina porte le #7]

Cristina et ses coéquipières se sont certes inclinées deux fois nettement, mais il va sans dire que l’Olympienne aura engrangé beaucoup d’expérience très utile. Une expérience dont l’OM – dans la situation difficile que l’on sait – pourrait profiter si Christophe Parra accordait un tant soit peu de confiance à sa Mexicaine, en l’intégrant pleinement à son équipe, plutôt que de l’envoyer courir sur les pelouses de DH avec la réserve.

Pour le Mexique, l’objectif est désormais le Tournoi CONCACAF qualificatif à la Coupe du Monde (4 au 17 octobre aux USA). Les finalistes et le 3e seront qualifiés directement pour la phase finale, le 4e devant passer par un barrage aller-retour contre un représentant de la CONMEBOL dont la phase finale se joue en ce moment. États-Unis, Canada et Mexique partent favoris pour la qualification directe, avec le Costa-Rica en outsider.

———————————-

Philippe Serve
À suivre sur Twitter : @Olympiennes

Crédits photos : FFF, The Liberty Times, UEFA, Stars and Stripes FC

PARTAGER