Le choc de cette 25eme journée aura vu les deux plus grands palmarès français se neutraliser (2-2) dans le blizzard du chaudron. Et si les Marseillais peuvent avoir des regrets d’avoir laisser filer deux points ce soir, ils peuvent néanmoins se réjouir d’avoir trouver en Bouna Sarr une valeur sûre de leur défense.

Il était au départ un joker, une roue de secours pour faire souffler Hiroki Sakai qui enchainait les matchs lors de la première partie de saison. Il est aujourd’hui certainement un des premiers noms posés sur la composition de Rudy Garcia. Encore une fois ce soir, Bouna Sarr n’a pas déçu et cela devient une habitude.

Solide défensivement, il s’est également illustré dans son couloir droit, délivrant à la 21ème minute un amour de centre pour Morgan Sanson. Le néo-latéral Marseillais a livré une prestation solide et a été de loin le meilleur Marseillais sur la pelouse de Geoffroy Guichard. En première mi-temps, il a parfaitement cadré Dioussa, qui a eu la plus grande peine à exister dans ce match face au Guinéen.

Il a ensuite été très actif dans le couloir droit de l’OM, à l’image de ce une-deux avec Thauvin qui a amené le deuxième but Marseillais. Et Malgré la fatigue des cadres en deuxième mi-temps, notamment celle de Thauvin, qui a eu toutes les peines du monde à revenir défendre, il a su rester solide et ce n’est pas la rentrée de Paul-Georges Ntep qui aura changé quelque chose.

Résultat de recherche d'images pour "bouna sarr asse tacle"

Certains lui reprocheront peut-être sa passivité sur l’égalisation stéphanoise, d’autres pointeront l’erreur d’appréciation de Yohan Pelé, mais ce but reste avant tout une punition collective pour les joueurs de Rudy Garcia qui n’ont tout simplement pas eu le rendement habituel lors de cette seconde période. Il a, tout comme ses partenaires, essayé d’aller arracher la victoire dans les ultimes secondes en multipliant les débordements mais cela n’aura pas suffi.

Titulaire au profit de Sakai pour les prochains matchs ?

Offensivement, il ne fait pas l’ombre d’un doute que la paire Sarr/Thauvin a plus d’automatismes que lorsque Sakai et ce même Thauvin sont associés. Et cela s’en ressent dans l’animation marseillaise. En effet, le jeu de l’OM penche fortement à droite, surtout en l’absence d’Amavi sur ces derniers matchs.

Il faut dire que Bouna est partout dans son couloir, multipliant les débordements et les replis défensifs victorieux. En tout cas, tout porte à croire que Garcia privilégiera l’ancien Messein au Japonais lorsque Jordan Amavi retrouvera son couloir gauche. En effet, Sarr offre plus de justesse technique que son coéquipier Sakai qui, malgré sa débauche d’énergie, pêche souvent dans le dernier geste.

Rudy Garcia, qui répétait en conférence de presse la semaine dernière l’importance pour Bouna Sarr de progresser défensivement, ne sera sans doute pas déçu par le guinéen qui, après une prestation convaincante lors du choc face à Monaco, est en train de confirmer ses progrès. De quoi ravir les supporters marseillais – après l’avoir moqué (très souvent à juste titre) durant de longs mois – se retrouvent aujourd’hui agréablement surpris face à la régularité du néo-latéral.

Néanmoins, Garcia a toujours fait confiance au soldat Sakai, qui lui non plus ne déçoit pas. et la question se pose pour les prochains matchs : qui de Sakai ou de Bouna Sarr aura les préférences de l’ancien coach de l’AS Roma ? Un problème de riches, d’autant plus que le calendrier Marseillais mettra tout le monde d’accord puisque l’OM enchainera près de sept matchs en l’espace d’un mois avec deux confrontations contre l’ogre parisien.

Résultat de recherche d'images pour "bouna sarr hiroki sakai"

Thomas Kotchounian

PARTAGER