« Giani raconte » … Luiz Gustavo

Présentation rapide :

– Milieu défensif / Brésilien / 30 ans / 1m88

– 109 matchs et 2 buts avec Hoffenheim , 110 matchs et 6 buts avec le Bayern, 47 matchs et 6 buts avec l’Olympique de Marseille

Luiz Gustavo Dias, évoluant dans sa jeunesse au Brésil, son pays natal, s’expatrie rapidement en Europe et rejoint le championnat allemand. Retour sur son aventure en terre germanique.

Une ascension jusqu’au toit de l’Europe

À 20 ans, le natif de Pindamonhangaba rejoint le club d’Hoffenheim en deuxième division allemande sous la forme d’un prêt. À l’issue de cette première saison plutôt aboutie, le club termine second et accède à l’élite du football allemand. Luiz Gustavo signe alors un contrat permanent avec son club, dont la région est limitrophe avec … la France.

Suite à sa promotion dans l’élite, le Brésilien confirme, et le club obtient même le titre honorifique de champion d’automne. Le temps passe, et ses prestations ne cessent d’impressionner les observateurs du football allemand. Après trois saisons et demie à défendre les couleurs d’Hoffenheim, Gustavo rejoint le Bayern Munich pour la somme de 15 millions d’euros. Avec le club bavarois, il remporte notamment le trophée ultime : la Ligue des Champions (encore un point commun avec l’OM, tiens donc !). Sérieux et appliqué, il joue une centaine de matchs avec le Bayern, autant qu’avec son ancien club d’Hoffenheim.

10 années en Allemagne ! ( getty images )

À l’aube de la saison 2013-2014 Luiz change de club, mais reste en Bundesliga. Il rejoint le VFL Wolfsburg où il retrouve des compatriotes, comme Naldo ou Diego. Parmi les faits marquants de son passage chez les Loups, on retrouve une coupe d’Allemagne remportée face au Bayern Munich et un parcours correct en C3 puisqu’il atteint les quarts de finale. Il y a également un quart de Ligue des Champions face au grand Real Madrid. Sa dernière saison tourne au cauchemar, puisque le VFL lutte pour le maintien, et parvient à rester en première division avec seulement 5 points d’avance sur le premier relégable.

Le 4 juillet 2017, le désormais expérimenté Brésilien rejoint la Canebière pour un contrat de quatre ans. La direction phocéenne est soucieuse de construire son projet autour de joueurs d’expériences afin d’encadrer les plus jeunes. Après 10 années passées en Bundesliga, il laisse derrière lui un important palmarès, beaucoup de grands matchs, mais également quelques désillusions. Enfin, l’Allemagne se souviendra de lui comme d’un joueur rugueux, puisqu’il est le codétenteur du record de cartons rouges en championnat allemand, son total s’élevant à huit.

Luiz Gustavo : un caractériel qui mouille le maillot

« Luiz Gustavo est olympien », une évidence

Alors qu’il vient d’arriver, Luiz Gustavo est déjà un élément indispensable de la formation de Rudi Garcia. Il est le régulateur de l’équipe, récupère en moyenne 7,6 ballons par match de Ligue 1 cette saison, et arrive par la suite à distiller des passes tranchantes qui entraînent l’équipe vers l’avant. Il parvient à rendre meilleurs ses coéquipiers, à l’image d’un Zambo Anguissa méconnaissable et qui a gagné en volume de jeu cette année. Calme et plein d’assurance, le Brésilien est auteur de 6 buts, dont 3 en dehors de la surface. Celui contre le PSG restera gravé dans les mémoires de tout les supporters olympiens. Gustavo se sent bien dans la cité phocéenne. Il a expliqué dans une interview pour Canal+ que Marseille lui rappelait le Brésil. L’euphorie et la ferveur des supporters, la chaleur de la région, ainsi que la chaude ambiance du Vélodrome ont contribué à l’intégration du milieu de terrain. Les supporters apprécient celui qui est considéré comme le patron de l’équipe. Ils ont d’ailleurs réalisé un tifo à son effigie lors de la rencontre face à l’AS Monaco en janvier dernier (2-2).

Tifo en hommage à Luiz Gustavo réalisé par les South Winners 87 ( Virage Sud )

Il n’a d’ailleurs pas manqué d’aller remercier les South Winners. Deux jours après le match, il s’est en effet rendu à la Belle de Mai, au local du groupe, afin de leur faire part de sa reconnaissance. Les supporters, aux anges, en ont profité pour prendre des photos avec le joueur et lui faire signer des drapeaux. Pour clôturer cette belle rencontre, ils ont repris tous ensemble le chant qui lui ait dédié, car oui, Gustavo à également un chant en son honneur, regardez :

Respecté partout et par tous

En plus d’être adoré par les supporters de l’OM, Gustavo reçoit les éloges d’autres acteurs du football. Tout d’abord, son coéquipier du milieu de terrain, le Camerounais Zambo Anguissa. Celui-ci, d’habitude pourtant très discret, a récemment déclaré : “Il n’arrête pas de me donner des conseils. Il est entier. Humainement, il est extraordinaire, j’aime l’homme avant d’aimer le footballeur. Il m’apprend beaucoup.” Ce n’est pas tout. Jupp Heynckes, qui l’a eu sous ses ordres à Munich, a aussi pris la parole pour vanter les mérites du Brésilien : ” Il a toujours été précieux pour son abattage. Il savait qu’il n’était pas un titulaire indiscutable, mais il ne s’est jamais découragé et il n’a jamais lâché”. Encore un critère qui le rend “OM-compatible”. Enfin, il y a son entraîneur adjoint à Hoffenheim, aujourd’hui coach de Sochaux, Peter Zeidler, qui a trouvé les mots justes pour décrire Gustavo : “Luiz a eu très tôt une forte personnalité. Entre 2007 et 2010, il a été le meilleur ratisseur de ballons de la Bundesliga”

Le mix parfait entre le Brésil et l’OM par l’excellent @Baccalhao

C’est donc un joueur de calibre international qui évolue aujourd’hui à l’Olympique de Marseille. Nul doute qu’il rêverait de pouvoir jouer la Ligue des Champions avec ce club pour embraser encore et encore le Vélodrome. Luiz Gustavo s’inscrit d’ores et déjà dans la lignée des gloires brésiliennes du club, comme le furent Paulo Cesar ou Carlos Mozer. On espère tous qu’il va terminer cette saison de la meilleure des manières, afin de pouvoir hisser l’OM jusqu’en Ligue des Champions et, pourquoi pas, prétendre à une place dans les 23 que Tite emmènera en Russie pour la Coupe du Monde. Obrigado e boa sorte Luiz.

 

PARTAGER