Voilà un week-end qui s’achève sur les victoires combinées de notre Olympique adoré et de Lyon. Mais malheureusement pour nous, cette victoire face à l’ogre dijonnais – à domicile – a laissé des traces, puisque nous perdons deux éléments essentiels du onze type, à savoir Adil Rami et Steve Mandanda, en plus des absences de Sakai et Thauvin.

Et depuis samedi 19h02, soit une minute après le coup de sifflet final de M. Brisard – par ailleurs excellent sur ce match – on entend toutes les pleureuses nous dire : “Mais oui, et voilà, je l’avais dit, on n’a pas recruté cet hiver, et on va se vautrer partout et gngnagna et gnignigni et gneugneugneu !!!”

Alors ok, on a pas recruté cet hiver et peut-être, je dis bien peut-être, qu’on aurait dû le faire. Mais à quel prix ? Avec quels risques ? On sait tous que ce mercato hivernal est très compliqué. Que fallait-il faire ? Prendre un défenseur central alors que sur ton banc tu as déjà un Abdennour, un Sertic et un Kamara ? Au risque de prendre un boulet de plus. Car clairement, si le club avait recruté cet hiver, il aurait cherché des remplaçants, pas des titulaires en puissance. Prendre un gardien remplaçant alors qu’on a tous encore en mémoire la très bonne saison passée de Yohann Pelé ? Prendre un deuxième Luis Gustavo ? Y en a qu’un !

 

Et nombreux s’inquiètent de l’éventuelle titularisation de Gregory Sertic. Mais sur quoi vous basez-vous pour vous inquiéter  à ce point ? Vous l’avez vu tous les jours à l’entraînement depuis son retour de blessure ? Vous avez eu une discussion approfondie avec Paolo Rongoni et Rudi Garcia à son sujet ? Mieux, vous avez envoyé une mouche-drone afin d’espionner les joueurs de l’OM pour être en meilleure position que l’entraîneur et les membres du staff pour vous exprimer ?

Certes, lors de ses dernières apparitions, il ne nous a pas rassuré, mais il jouait blessé. Les choses sont suffisamment difficiles comme ça pour ne pas, en plus, se rajouter nous mêmes comme obstacle. Vous savez tous à quel point la confiance est un élément essentiel à la bonne performance d’un joueur. Je me mets deux minutes à la place de Sertic. Si je lis partout, tout le temps, que tout le monde pense que je suis “une quiche”, je vais avoir envie de démontrer que tout le monde se trompe, mais avec une pression telle que cela pourrait me faire déjouer malgré toute ma bonne volonté.

Et vous êtes qui, vous, pour critiquer aussi facilement ? Des joueurs professionnels confirmés ? Des entraîneurs en puissance pas reconnus ? Des techniciens hors pairs capable d’expliquer à Zidane comment on fait un contrôle orienté ? Des tacticiens émérites qui maîtrisez comme personne le 2 5 2 1 ?

 

Alors attention, je ne suis pas un béni-oui-oui, ni l’avocat du club ou de sa politique. Mais déjà, personne n’est parfait, et on a donc tous le droit à l’erreur. Et cette direction n’est aux manettes que depuis un an. Elle partait de quasi rien, puisque le club avait été dévasté par le non regretté Vincent Labrune. Il était gangréné par le non moins regretté José Anigo et sa clique. Et en une année seulement, les choses ont été assainies, de nombreux investissements pour la pérennité du club ont été faits, et certains doutent encore de la bonne foi et de la bonne volonté de cette direction ? Il vous faut quoi ? Je ne réponds pas à cette question, je risquerai de devenir grossier.

Je ne suis pas non plus opposé farouchement à la critique lorsqu’elle est constructive et pesée. Mais les “il fallait que” et les “on aurait dû”, ça va cinq minutes. En tous cas, à ce moment de la saison, on peut juste faire le simple constat que le tant décrié Rudi Garcia a amené ses hommes à 62 Pts, soit le cinquième meilleur total de l’histoire du club et ce à huit journée du terme et le club s’apprête à jouer le huitième 1/4 de finale de coupe d’Europe de son histoire.

Vous savez tous comme moi que si le club avait recruté coûte que coûte cet hiver et que la ou les recrues s’étaient avérées décevantes, on aurait tous critiqué encore ! Car il n’existe en recrutement aucune certitude, sauf à mettre des sommes complètement folles. Et encore, même comme ça, le risque perdure.

Donc, s’il vous plait, Messieurs-Dames les pleureuses professionnels, mettez là un peu en veilleuse, et tenter d’encourager autant que faire se peut votre club. Et si vraiment c’est trop difficile pour vous, gardez votre mal en patience, il sera toujours temps de dire “Je vous l’avais dit” en fin de saison lorsque les objectifs ne seront pas atteints, si jamais c’est le cas. Et je rappelle, au cas où, que la direction a annoncé comme objectif : mieux que la saison passée, à savoir 4ème, 3ème, 2ème ou 1er.

Ceux qui pensent que finir 4ème serait un gros problème au niveau financier, vous aussi taisez-vous. On n’est pas dans la tête de McCourt, et on ne sait absolument pas de quoi il est capable financièrement, mais tout laisse à penser qu’il est capable de beaucoup, et qu’ils ont un tableau de marche bien précis. Participer à la ligue des champions dès la saison prochaine ferait que l’OM serait en avance d’une année sur le tableau de marche, d’après son président.

Voilà, c’était mon coup de gueule, j’en ai un peu ras le bol des pleurnicheuses, et de constater que dans notre propre camp il y a des gens qui sont tout le temps en train de râler. L’adversité est suffisamment forte comme ça pour ne pas, en plus, se rajouter les personnes qui sont sensées te soutenir.

A bon entendeur…

Tacle Glacé

Remerciement spécial à @Baccalhao pour son dessin

PARTAGER