Bon ! Vous cachez pas, les supporteurs du seul et unique Olympique ! Je vous vois tous en stress depuis ce matin.

Je le sais que vous n’êtes pas bien, et que vous avez tous hâte d’être à ce soir 21h05. C’est dans ces moments qu’on comprend que le temps est relatif. Enfin, qu’on comprend surtout comment notre esprit aime nous torturer, parce qu’on est d’accord, c’est de la torture psychologique. On va porter plainte contre l’OM pour harcèlement psychologique, à force !

Allez, on se reprend, et je vais vous aider à gaspiller quelques minutes sur cette actu décalée d’avant-match. Ce n’est pas grand chose, mais c’est toujours mieux que rien. On se cale au fond de son fauteuil, on se détend – autant que possible – et on se laisse guider.

Nous venons de vivre les quarts de finale de Ligue des Champions et nous avons eu droit, comme à chaque fois, à l’avis des milieux autorisés – comme disait le regretté Coluche. Donc, tous ces fameux milieux autorisés sont les spécialistes, journalistes ou consultants, qui commentent le football et son actualité. Et depuis quelque temps, quelques-uns me sortent par les yeux et surtout par les oreilles. Alors, je vais passer sur les consultants, car en général ils sont d’anciens footballeurs et connaissent ce milieu de l’intérieur, ils ont vécu dans un vestiaire de haut niveau, savent donc ce que c’est, et ils ne sont pas tenus à la fameuse objectivité dont doivent faire preuve – normalement – les journalistes.

Et je vous avoue qu’en ce moment certains me sont devenus carrément insupportables. Stéphane Guy, Pierre Ménès, Daniel Riolo. Attention, je ne les juge pas sur leur travail de journaliste, j’en suis incapable, et je suis même convaincu qu’ils sont de bons professionnels. Mais il est indéniable qu’ils ont laissé leur objectivité quelque part entre ici et là-bas. Ils ont le droit comme tout le monde d’avoir une préférence, mais lors des commentaires, ils se doivent de mettre cette préférence de côté.

Sincèrement – et excusez-moi d’avance pour cette image -, Stéphane Guy, depuis le début de saison, on se demande comment il est possible qu’il n’ait pas une fracture de la mâchoire et une overdose de semence parisiano-brésilienne, tant il passe son temps à “su…” du parisien. Je sais, je vais encore en choquer plus d’un, mais appelons une chatte, une chatte, et cessons de nous cacher derrière ce politiquement correct qui nous plombe la vie.

Stéphane Guy est tellement en extase devant les Neymar et Mbappé que ça en devient gênant, et surtout inaudible pour les autres supporteurs. Et quand il se permet en plus de faire régulièrement des commentaires négatifs contre les supporteurs marseillais, on a juste envie de l’insulter cet … ok, je me calme. Encore une fois, il a le droit d’aimer ou de préférer le PSG, mais en tant que journaliste, il n’a pas le droit de le montrer. “Steph, t’as encore une goutte sur la joue, essuie-toi, ça fait mauvais genre”.

Ménès et Riolo, c’est un peu différent, car eux assument – un peu – leur préférence pour le PSG. Eux, ils sont clivants par leurs commentaires et analyses d’après-match. On peut donc en discuter, et cela n’a rien à voir avec Stéphane Guy. Disons que pour eux, je ne partage tout simplement pas leurs analyses. Donc j’ai pris le parti de ne plus les écouter ou les lire. Et je vous passe les Stephane Pauwels, Bart Ruzza, eux ils sont au fin fond des canalisations de toilettes turques.

Puis tu as ceux qui suivent une équipe et qui travaillent dans un journal sportif que je ne nommerais pas (parce que d’écrire son nom, ça me brûle les doigts). Eux, à tous les matchs, ils donnent des notes aux joueurs, ils te donnent des compos probables, genre “Nous en tant que spécialistes, on est dans la tête de l’entraîneur et on sait ce qu’il va faire” ou alors, “On a un logiciel exprès qui nous calcule au joueur près les compos d’équipes probables”. Et le pire, c’est quand ces journalistes se permettent de provoquer sur les réseaux sociaux. Certains s’en prennent à un joueur, d’autres te traitent de parano.

J’ai un immense respect pour la profession de journaliste, mais ce qu’en ont fait certains journalistes sportifs m’écœure au plus haut point, à toujours être dans le sensationnel ou la polémique, tout ça pour faire plaisir à son actionnaire. Le journalisme de qualité et indépendant existe, même dans le foot, si si ! D’ailleurs, un immense Merci à ces journalistes-là.

Alors, amis supporteurs de l’OM, vous êtes détendus là, ça va mieux ? Non, hein ! Alors on continue. Ce coup-ci, je vais vous parler d’un sujet moins stressant, vous allez voir.

Est apparu dans la semaine sur les sites suiveurs de l’Olympique de Marseille, un communiqué juste hallucinant, écrit par les South Winners. Dans ce communiqué, ils expliquaient que de nombreux membres de leur groupe n’avaient pu se procurer en temps et en heures des places pour le match de ce soir, allant presque à fustiger les supporteurs qui, eux, s’étaient organisés pour se procurer leur précieux sésame. Et ils te parlent d’une priorité qui doit être faite aux abonnés. Alors, j’entends une partie de leur discours, et je l’ai déjà dit à plusieurs reprises ici, j’ai un profond respect et une vraie admiration pour ces passionnés qui donnent leur vie à l’OM. C’est beaucoup de temps, d’argent, de sacrifices faits pour leur passion, et ça, c’est infiniment respectable. Après, c’est une passion, et cette passion ne te donne pas tous les droits. Notamment pas celui de vouloir qu’on te déroule un tapis rouge ou presque avant chaque match, et surtout pas celui de faire du clivage entre les supporteurs en sous-entendant que certains seraient meilleurs supporteurs que d’autres. OH, ON FAIT PAS UN  CONCOURS DE QUEQUETTE !!! C’est quoi cet état d’esprit de MERDE ? On se croirait à la maternelle !!!

Beaucoup de supporteurs de l’OM ne sont pas des Marseillais de naissance ou ne vivent pas à Marseille. Et sous prétexte qu’ils ne viendraient pas souvent ou “choisiraient leur match”, ils vaudraient moins que les plus fidèles des fidèles ? Les mecs, si vous faites ce que vous faites juste pour vous entendre dire : “Ouais, toi, t’es le meilleur supporteur de l’OM que la terre ait jamais porté”, arrêtez immédiatement de le faire. Si vous le faites, c’est par pur plaisir. Je comprends que vous soyez frustrés de ne pas être au stade ce soir, mais fallait vous y prendre en temps et en heure pour achetez vos places. Et j’ai même envie de vous dire que si vous étiez un groupe un tout petit peu organisé, il était très facile pour le groupe d’acheter un contingent de places pour tous vos membres certains de venir. Ensuite, que vous vouliez que TOUS les supporteurs chantent ce soir pendant 90 min, mettent l’écharpe tout ça, tout ça, c’est à vous d’inculquer votre culture Ultra. C’est vous les détenteurs du savoir des Ultras ! C’est vous les garants de la continuité de cette culture dans les virages. Et honnêtement, ces derniers temps, suite à certains événements, certains groupes sont de moins en moins crédibles.

Alors pèle-mêle, je me permets de vous donner quelques idées, ne me remerciez pas, c’est cadeau les gars.

Déjà, ça serait sympa de communiquer régulièrement sur les paroles des chants des virages, afin que tous les connaissent, et qu’on n’en arrive pas un jour à devoir les afficher sur les écrans géants du stade.

Ensuite, toujours au sujet des chansons, il me semble que d’en faire quelques nouvelles régulièrement, ça serait sympa aussi. Oui à la tradition, mais oui aussi à la nouveauté.

Obliger vos abonnés à venir au moins une fois ou deux dans l’année à votre local afin de bien expliquer certaines règles de la culture Ultra et leur faire un petit cours d’histoire. Profiter du prix des virages et de leur ambiance, c’est une chose, mais si on met quelques obligations en face, ça peut assurer une certaine cohésion. Et accessoirement, ça peut vous permettre de faire un peu de vente additionnelle d’écharpes et autres accessoires de groupe, histoire de ne pas vous obliger un jour à devoir marchander un tifo, par exemple.

Dernière idée, il existe des fumigènes sans feu, sans chaleur. Pour une fois, ça pourrait être marrant que vous preniez les devants sur la LFP. Assurer le spectacle avec des fumigènes, mais sans risquer des interdictions de stade ou des fermetures de virage. Car ce combat que vous menez, vous ne pourrez pas le gagner, sauf si vous le faites intelligemment.

Je vous aime les ultras !

Un dernier mot : aujourd’hui, c’est l’anniversaire de notre Samouraï, Hiroki Sakai. Donc un très joyeux anniversaire à lui en espérant qu’il sera couronné par une victoire et une qualification ce soir !

ALLEZ L’OM !!!

Tacle Glacé… Et immense merci à @Baccalhao pour ses dessins !

PARTAGER