Chaque jour, UnOlympique revient sur la saison d’un joueur. Aujourd’hui, focus sur Rolando.

Arrivé à la surprise générale à la fin du mercato d’été 2015, Rolando n’inspirait pas confiance. Avec l’étiquette “Doyen Sports” et après des premiers matches catastrophiques, il était même souvent qualifié de “pire recrue du mercato” avec le légendaire Paolo De Ceglie. Oui mais voilà, Rekik ayant du mal à s’imposer dans l’axe avec Nkoulou, Rolando avait été resorti du placard par Michel et avait réalisé une saison tout à fait correcte.

Mis aux oubliettes à l’été 2016 par Passi , qui privilégiait une charnière Doria-Hubocan, Rolando se morfondait en CFA ou sur le banc de l’OM. Entré pour 8 minutes à Angers, il avait été chargé par le coach olympien. “Ce n’est pas de ma faute si Rolando fait 1m92 et perd ses duels aériens”. Culotté de la part d’un entraineur qui semblait naviguer à vue. Bonne nouvelle pour le défenseur cap verdien, Rudi Garcia est rapidement arrivé à la tête de l’équipe première, dans le cadre du rachat du club par Franck McCourt. Titularisé au Parc des Princes pour le premier match de l’ancien entraineur de Lille, Rolando a fait taire tout le monde, muselant Cavani et en étant élu homme du match. La suite, c’est une saison complète titulaire en défense, avec Fanni (ou Sertic, arrivé au mercato d’hiver), d’excellentes prestations, quatre buts, et de très mauvais matches, comme face à Paris (1-5) ou Monaco (1-4 puis 3-4 en coupe de France).

A l’heure du bilan, et après deux saisons à l’Olympique de Marseille, une question se pose: faut-il garder Rolando ? Lui-même le disait en conférence de presse: “faire partie de l’OM Champions Project ne veut pas forcément dire être titulaire.” Prêt à jouer le rôle de doublure, et joueur exemplaire dans le vestiaire, Rolando a prouvé que face aux 3/4 des équipes françaises, il était parfaitement au niveau. Et un joueur de ce type, à l’instar d’un Yohann Pelé, c’est exactement ce dont a besoin le projet olympien. Il faudra cependant faire des choix car entre Doria, Hubocan, Rekik, Fanni voire Kamra, les places seront chères, même sur le banc !

PARTAGER