En difficulté depuis quelques semaines, l’OM a retrouvé des jambes pour s’imposer facilement face à Bilbao. Payet, Ocampos et Lopez ont rayonné.

Steve Mandanda (6) : Une parade dans un angle fermé devant Aduriz. Il ne peut ensuite rien sur le pénalty d’Aduriz, tiré parfaitement dans l’axe du but. Match un peu frustrant pour le gardien marseillais.

Hiroki Sakai (7) : La concurrence de Bouna Sarr et son retour à droite de la défense lui ont fait du bien. Très gros match du guerrier japonais qui a enchaîné les interventions autoritaires et les montées rageuses. Il est dans le coup sur le deuxième but.

Adil Rami (6.5) : Un Rami taille patron ce soir, Aduriz n’a pas existé. On notera un penalty concédé sur une intervention… du dos. Merci monsieur l’arbitre !

Rolando (6.5) : Gros match pour le cap-verdien qui a récupéré un grand nombre de ballons. Une petite erreur qui aurait pu coûter cher en première période.

Jordan Amavi (6) : Ce n’est pas encore son niveau d’avant blessure, mais il y a du mieux. Il s’est cependant fait prendre dans son dos à quelques reprises par Inaki Williams.

Luiz Gustavo (7) : Après un match très moyen face à Nantes, on aurait pu s’inquiéter de sa condition physique. Le Brésilien a rassuré tout le monde en sortant un très gros match, d’abord dans un rôle de pure sentinelle derrière Lopez, puis en apportant le surnombre en fin de rencontre lorsque Zambo assurait ses arrières.

Maxime Lopez (8) : Dès la première minute, il crée le décalage avant de combiner parfaitement avec Thauvin qui sert Ocampos pour le premier but. Il est ensuite au cœur d’une action somptueuse pour le 2-0. Très gros match pour le minot marseillais, qui a constamment cherché à jouer vers l’avant.

Florian Thauvin (7.5) : Une passe décisive magnifique après seulement 45 secondes de jeu, de nombreuses ouvertures millimétrées pour Germain. Tout le monde a craint le pire lorsqu’il est sorti sur civière, mais il semblerait que cela ne soit rien de grave.

Dimitri Payet (8.5) : Une demi-volée exceptionnelle pour doubler la mise dès le premier quart d’heure. Une passe décisive qu’il s’est construite tout seul pour Ocampos. Et à côté de ça, un rayonnement incroyable au milieu de terrain, avec de nombreuses occasions créées. Le patron ! Seul petit bémol: des coups de pied arrêtés totalement ratés, ce qui est assez inhabituel chez lui.

Lucas Ocampos (8.5) : Double buteur, il aurait même pu inscrire un triplé sans un retour incroyable du défenseur basque. Il a de plus constamment harcelé le porteur du ballon et parfaitement défendu sur son côté. Mine de rien, l’Argentin est à 12 buts toutes compétitions confondues…

Valère Germain (3) : Un face à face raté alors qu’il avait la balle du 3-0 au bout du pied. Il anticipe ensuite bien une passe en retrait trop molle d’un défenseur de Bilbao mais ne parvient pas à tromper le gardien. Tout le monde a brillé sauf lui. Six matches sans marquer, cela commence à faire beaucoup…

Clinton Njie (5.5) : Entré à la place de Thauvin, il se crée une belle occasion tout seul suite à un joli rush suivi d’une frappe du gauche. Il marque ensuite un but refusé pour une position de hors-jeu.

André Frank Zambo Anguissa (-) : Le milieu camerounais est rentré pour participer à la fête, et il s’est acquitté de sa tâche de fort belle manière. Impressionnant dans la conservation du ballon, il a fait mal au milieu de Bilbao.

Bouna Sarr (-) : Entré tardivement, le désormais latéral droit a évolué… ailier gauche ! Peu de choses à signaler.

L’OM inquiétait après quatre matches sans victoire. Il fallait réagir dans un stade finalement pas si vide que ça (38 000 supporters, bien loin des 8 000 annoncés). Et l’OM s’est mis en mode Coupe d’Europe avec un match magnifique, dominé du début à la fin. Malgré un scandale arbitral juste avant la pause (pénalty donné à Bilbao suite à une intervention… du dos de Rami), les Olympiens se sont remis la tête à l’endroit pour finalement reprendre un avantage de deux buts avant le match retour. Comble de bonheur, la blessure de Thauvin n’est finalement pas si grave que prévue. Il faudra marquer en Espagne, et si les Phocéens continuent à jouer comme hier, cela devrait être possible ! 

PARTAGER