Tous les suiveurs objectifs (ou pas) de l’Olympique de Marseille louent les prestations XXL de notre capitaine, Dimitri Payet. Et pourtant, ils étaient nombreux à nous dire en début de saison : « et gneugneugneu, Payet 30 Millions, une arnaque…il est trop gros…Et il perd trop de ballons ! ». Certains sont même allés jusqu’à douter de ses capacités à être le capitaine de cette équipe. Les critiques, parfois justifiées (il faut le reconnaître), n’ont pas arrêté de pleuvoir depuis le début de la saison.

Nous-mêmes, au mois de février, nous faisions un grand sondage argumenté en vous posant la question sur le niveau affiché du Réunionnais (voir ici). Mais force est de constater que depuis début 2018, ses prestations s’améliorent de match en match et, automatiquement, ses statistiques suivent. Dimitri Payet en est à 9 buts et 15 passes décisives toutes compétitions confondues. En une semaine, on a pu voir un Dimitri Payet stratosphérique en Coupe d’Europe face à Leipzig, et très remonté à la fin du match face à Troyes :

 « On a fait de la merde. On a fait un match de fou jeudi, et on oublie les fondamentaux en trois jours. On oublie de jouer simple, de jouer en équipe, on oublie tout. Et face à une équipe qui joue sa survie, on ne peut que se faire surprendre. Je suis énervé parce que si l’on veut être exigeant avec nous-mêmes, on ne peut pas sortir ce genre de prestations. »

Quand certains journalistes mal intentionnés voient un caractère boudeur de la part du joueur, voire carrément une altercation avec Thauvin, moi je vois – ENFIN – un capitaine qui n’a pas été content de la prestation de ses coéquipiers. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que malgré la victoire obtenue à l’arraché, on ne peut pas lui donner tort.

Il y avait déjà eu des prémices de ce nouveau comportement. En effet, souvenez-vous lorsque l’OM s’est déplacé  en coupe de France sur le terrain relativement champêtre de Bourg-Perronas. Le piège habituel du premier match de la reprise après la trêve hivernale. Un OM qui avait bien terminé 2017, mais qui devait faire avec un attaquant grec un peu lourd et alors considéré (à juste titre peut-être) comme un “panic buy”; et un capitaine qui était alors sous le feu des critiques et enchaînait les blessures sur la fin d’année.

Et ce soir là, les pensionnaires de la Domino’s Ligue 2 vont subir une véritable avalanche de buts. Dimitri Payet marquait un très beau but à la 13e minute avant de donner, en très bon capitaine, une offrande à un Kostas Mitroglou en mal de buts et en manque de confiance, et qui n’avait plus qu’à pousser le ballon dans le but vide.

À n’en pas douter, un Dimitri Payet qui se positionne (enfin) en vrai capitaine de cette équipe est peut-être l’une des meilleures choses qui puissent arriver lors de cette dernière ligne droite semée d’embûches, mais qui, si elle est bien négociée, peut nous offrir tellement de bonheur à la fin du chemin. Et, pourquoi pas, un titre majeur à rajouter au palmarès déjà fourni de notre Olympique. 

 Tacle Glacé

PARTAGER