C’est peut-être la meilleure nouvelle que pouvait recevoir les supporters olympiens à l’arrivée de cette course finale pour le podium : le capitaine Dimitri Payet est bel et bien de retour sur le devant de la scène.

Janvier 2017. Cela va faire seulement 3 mois que l’Olympique de Marseille a quitté les mains de Margarita Louis-Dreyfus. 20 ans. C’est le temps qu’a duré l’histoire entre la famille suisse et le club phocéen. Si certains supporters garderont en mémoire les excellents souvenirs de cette période,  un grand nombre d’entre eux avaient hâte de tourner cette page presque vide en titre, avec seulement une Ligue 1 gagnée en 20 longues années.

C’est dans ce contexte plein d’espoir mêlé à de l’appréhension que Franck McCourt et sa nouvelle équipe dirigeante se lançaient dans le premier mercato de leur ère. Morgan Sanson, grand espoir français, et Patrice Evra, ancien grand latéral (et capitaine) du Manchester United de Ferguson, débarquent pour ce premier mercato estival.

Mais les supporters, eux, n’ont qu’un nom à la bouche : Dimitri Payet. C’est le journal l’Équipe qui avait lancé la bombe le 2 janvier 2017 en annonçant que le président Eyraud avait placé un retour du Français tout en haut de sa liste de cadeaux. Le reste, on le connaît tous : le feuilleton de janvier, le tweet de Payet devant l’avion, la conférence de presse de retour, la victoire face à Lyon en Coupe de France et, enfin, une fin de saison en boulet de canon permettant une 5ème place qualificative pour les barrages d’Europa League.

Résultat de recherche d'images pour "l'om a fond sur payet une l'équipe"

Un début de saison mitigé

Mais le début de saison 2017-2018 ne fut pas du même acabit. Longtemps blessé, Dimitri Payet semblait emprunté physiquement à chaque fois qu’il entrait sur la pelouse. En léger surpoids, ses accélérations n’étaient pas aussi tranchantes que dans le passé, et sa qualité de passe ainsi que sa vision du jeu semblaient parfois avoir disparu.

Et les statistiques le prouvaient. Sur les 18 matchs de la première partie de saison, Dimitri Payet n’en joua “que” 13. Pour un joueur indispensable à l’équipe, ce chiffre était bien trop bas, comparé à Adil Rami, Luiz Gustavo ou encore Florian Thauvin. Sur cette même période, Payet n’avait marqué qu’un but (Strasbourg, 3-3) et délivré 3 petites passes décisives.

Le joueur avait alors perdu sa place en Équipe de France. Logiquement même, si l’on en croit les supporters marseillais, alors majoritairement d’accord avec Didier Deschamps. Mais la trêve hivernale fit beaucoup de bien au Réunionnais.

Depuis cette trêve donc, Payet semble bien plus affûté physiquement. Ses coup-francs et corners sont redevenus une menace constante. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise de voir l’Olympique de Marseille truster la première place dans les équipes  de Ligue 1 les plus dangereuses sur corner. Mais surtout, Payet c’est 8 passes décisives et 3 buts en 14 matchs !

Related image

L’Olympien a créée au total 50 occasions directes de buts sur cette période. Si on prend sur l’intégralité de la saison et toutes compétitions confondues, Dimitri Payet a donc marqué 9 buts et délivré 17 passes décisives lors de la saison 2017-2018, alors qu’il lui reste au minimum 7 matchs à jouer (et 8 en cas de finale d’Europa League). Soit décisif sur 26 buts. Il est le 5ème joueur français impliqué sur le plus de buts TTC cette saison, avec Antoine Griezmann en première position (26 buts et 11 passes) et le Marseillais Florian Thauvin en 2ème position (20 buts et 16 passes).

Sur les 10 dernières saisons, Dimitri Payet est le meilleur passeur Français des 5 grands championnats avec pas moins de 91 passes décisives réalisés ! L’ancien Marseillais Franck Ribéry est deuxième avec 82 passes, et Karim Benzema complète le podium avec 67 passes décisives.

Cette saison, Payet est le 7ème meilleur passeur décisif des 5 grands championnats, à égalité de points avec David Silva, et à 4 passes de la première place détenue par Kevin de Bruyne. Mais il est aussi et surtout le meilleur pourvoyeur de passes-clés (ce sont les passes amenant directement une occasion de but franche), avec une moyenne de 3,8 passes-clés par match.

Un Dimitri Payet de retour au top de sa forme, c’est ce qu’il manquait à l’Olympique de Marseille pour continuer à rêver en cette fin de saison et à l’annonce d’échéances importantissimes. A ce niveau, le capitaine phocéen a très peu d’égal. Que ce soit en club ou en équipe nationale, où une absence en juin prochain pour la Coupe du Monde semble jours après jours être une hérésie.

PARTAGER